Piscine Python : chroniques de 3 jours de « natation »

2017-09-18-piscine-python-chroniques-de-3-jours-de-natation3.jpg

 

Pour la deuxième année consécutive, la piscine a lancé la rentrée des 1ère année (L3) Manager en Ingénierie Informatique du 12 au 14 septembre 2017. Pas de natation au sens propre pour nos apprentis, mais à la manière d’une unité de commandos marine, une immersion totale dans le grand bain pour prendre en main le langage informatique Python.

L’apport pédagogique du peer-to-peer

Cet exercice initiatique en début de cycle Master of Science Manager en Ingénierie Informatique (M2i) permet de créer des liens forts et de découvrir l’esprit de l’école - avec sa pédagogie par projets - ainsi que l’un des partenaires d’ITESCIA, Visages du monde, qui héberge l’événement.

Durant une demi-journée, les étudiants reçoivent quelques bases de langage en Python avant d’effectuer le grand plongeon par petit groupe. Un projet est choisi, développé puis présenté en moins de deux minutes au jury.

La pédagogie peer-to-peer utilisée s’appuie sur l’émulation entre étudiants et le désir d’apprendre. La piscine permet l’apprentissage par l’expérience et la collaboration, une méthode qui marche d’autant mieux que les niveaux sont hétérogènes en début d’année.

Pour Virginie Sans, professeur et animatrice de l’évènement, la piscine permet aussi « d’évaluer le niveau des élèves et de leur attribuer des instructions personnalisés adaptés au besoin de chacun dès la rentrée. » Un exercice qui ressemble à la vie professionnelle, pour Raphael Hiet, DevOps chez Thales et enseignant à ITESCIA :

Comme dans la vie professionnelle, il faut apprendre vite et chercher pourquoi cela ne marche pas, afin de débugger un programme rapidement.

 

2017-09-18-piscine-python-chroniques-de-3-jours-de-natation2.jpg

 

17 projets ont été présentés durant la piscine - cap sur les plus emblématiques :

Un drone volant contrôlé par un script

Un groupe d’étudiants a construit un projet autour du Parrot AR Drone reproduisant les caractéristiques du vol des abeilles. L’objet volant effectue des mouvements prédéfinis, fixé par un script. Il est paramétré pour être en capacité de reconnaitre les couleurs des objets et les afficher sur un écran d’ordinateur. Comme un insecte, il atterrit une fois la couleur identifiée. Pour Quentin Coudret, ce projet lui « a permis d’apprendre de façon amusante un nouveau langage et d’identifier les compétences de chacun dans le projet. »  

SecureCar : un script au service de la sécurité des automobilistes

Le projet a pour objectif de répondre aux problèmes de sécurité en voiture. Un capteur, connecté à un Raspberry détecte les obstacles placés sur la route. Le script développé en Python s’exécute et calcule la distance entre l’objet et la voiture, puis envoie un message d’alerte. L’algorithme permet de dévier la voiture de l’obstacle. Un projet qui « m’a fait sortir de ma zone de confort, puisqu’il a fallu apprendre très vite et également combiner des compétences alliant programmation et domotique» explique Paul Ferrand.

Le field watcher, un programme pour garder vos animaux 

Le sujet sur lequel ont travaillé les étudiants vise à surveiller la tension électrique d’un champ. Lorsque celle-ci baisse un message électronique est envoyé à l’agriculteur. Pour Ibrahim Hassamn, cet exercice a nécessité d’apprendre « coordination des équipes et rigueur » pour que le projet soit efficacement mené et correctement versionné sur Git Hub, un gestionnaire de développement de logiciels

Un concept exporté à Madagascar

2017-09-07_piscine-python-esti-madagascar_13.jpg

 

Début septembre 2017 également, l’ESTI (école d'informatique en alternance à Madagascar) a elle aussi accueilli par une piscine Python sa première promotion d’élèves qui préparent le M2i d’ITESCIA en co-diplôme. Une formule largement plébiscitée.

Publié le 06/10/2017